Actualités

Sommet social à l’Élysée : Les priorités formulées par l’U2P

Dans son intervention le Président de l’U2P, Dominique Métayer, saluera auprès du Président de la République, l’action conduite par le Gouvernement face à la crise sanitaire et économique pour accompagner les entreprises et sauvegarder l’emploi.

Les chefs d’entreprise de proximité sont en train de retrouver l’optimisme qu’ils avaient perdu depuis de nombreux mois. Néanmoins deux problématiques relativisent ce regain de confiance et freinent la reprise : les difficultés d’approvisionnement en matières premières, matériaux et équipements, ainsi que les difficultés de recrutement.

Un travail a été engagé avec le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance sur le premier chantier, et avec la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, sur le second. Cette concertation doit se poursuivre.

La priorité des priorités des chefs d’entreprise est que tous les concitoyens soient vaccinés, afin que la menace d’une recrudescence de la pandémie, soit définitivement écartée. Tous les professionnels de santé représentés par l’U2P, médecins, pharmaciens, ou encore infirmiers, restent mobilisés pour permettre à toute la population de se vacciner.

Par ailleurs, l’U2P considère que le rapport Blanchard-Tirole pour relever les grands défis économiques, ne doit pas être considéré comme un aboutissement mais plutôt comme le point de départ d’une discussion entre partenaires sociaux et avec le Gouvernement. En effet les bonnes solutions théoriques ne survivent pas toujours aux réalités ou aux réticences de la population, comme l’a montré le mouvement des Gilets jaunes.

C’est aussi vrai de la réforme des retraites. L’U2P qui a participé activement au projet de réforme et qui a mis en avant la situation spécifique des travailleurs indépendants, estime indispensable de réformer les régimes de retraite mais défend la nécessité d’associer les Français à cette réforme en la mettant en débat dans le cadre des élections présidentielle et législatives.

A contrario, il y aurait une attitude suicidaire à imposer, contre la volonté générale, cette réforme avant la prochaine mandature. Après le mouvement des gilets jaunes, les contestations contre la réforme des retraites, puis les mesures contre la pandémie, événements qui ont considérablement fragilisé le tissu économique, un nouveau coup d’arrêt de l’activité serait catastrophique.

Nous devons au contraire concentrer toutes nos énergies pour confirmer et amplifier la reprise.